CHANTAGE(S) le film

L’histoire se déroule dans le sud de la France, à Vinassan et à Gruissan dans l’Aude.

​

Après que Jeanne ait commis un acte répréhensible aux yeux de Marc, le couple s’est enfermé dans un mode de communication basé uniquement sur le chantage affectif ; verbal et menaçant à l’encontre de Marc pour Jeanne  et silencieux pour Marc à l’encontre de Jeanne.

​

Jeanne veut qu’il l’épouse sinon elle le quittera. Une fois de plus, Marc ne répond pas à son chantage. Il y a déjà un moment qu’il s’est enfermé dans un mutisme manipulateur et ne regarde Jeanne qu’au travers de la fonction vidéo de son iPhone. 

​

Jeanne essaye différentes tactiques affectives au cours de cette triste soirée dans le prolongement des jours qui ont précédé. Elle se rappelle de ces moments tout aussi tristes où Marc, déjà ne lui répondait plus et utilisait son iPhone comme un doigt accusateur et une barrière protectrice infranchissable

salon3-848.jpg
salon1-846.jpg
salon2-846.jpg

AVEC SOPHIE BARBERO ET STEPHANE KOWALCZYK • PRISE DE VUES ERICK ROBERT & STÉPHANE KOWALCZYK • STUDIO SON STUDIO KADENCE • SCRIPTE & ASSISTANCE CAROLE CHEVALIER  • MUSIQUE KMUSIK. CHANTAGE(S) © ERICK* ROBERT - TOUS DROITS RESERVES

J’ai construit ce film sur un principe d’opposition. Dans les dialogues de Jeanne tout d’abord : « Je veux ceci sinon cela », dans sa parole à elle vs le silence de Marc. 

​

Dans l’opposition des décors intérieurs vs extérieurs, dans l’opposition de la lumière entre les scènes de jour (souvenirs) et la scène principale de nuit. 

Opposition dans le travail de la bande son : effets sonores de la diégèse vs musicalité hors diégèse.  Opposition également entre l’effet de réalité du point de vue de ma caméra et la vision plus subjective de Marc qui ne cesse de regarder Jeanne au travers de la vidéo 

de son iPhone.

Une caméra fixe sans mouvement (ma vision) en opposition avec la caméra portée de l’iPhone de Marc (Vision subjective du personnage). Toutes ces opposition de processus filmiques seront réunis au montage.